Be Kind Rewind : les cinq clips qu'il ne fallait pas rater cette semaine

mardi 9 mai 2017, par SURL.
Be Kind Rewind. Le principe est simple : quand de nombreux artistes se passent le mot pour sortir, la même semaine, des clips de haut niveau, on se donne le droit de faire un débrief à retardement. Voilà donc les cinq pépites visuelles qu'on a mis de côté au cours de la semaine passée et qu'on conseille, à vous aussi, de ne pas laisser filer.

"Je ne fais pas de sport mais j’écoute du rap, c’est presque la même chose." À l'été 2015, Mehdi Maizi expliquait dans Le bruit du monde qu'être un tant soit peu à la page en rap demandait beaucoup, beaucoup d'efforts. Une réalité dont nous sommes parfaitement conscients, nous qui courront les rues depuis de nombreuses années pour mieux les comprendre. Et comme beaucoup, on aime les clips, ultime expression d'artistes issus d'un milieu en constante mutation. Dès 2012, nous inaugurions cette rubrique, Be Kind Rewind, que nous tenions de manière hebdomadaire. Elle nous permettait déjà de mettre en lumière des vidéos dont nous souhaitions parler même avec quelques jours de retard. Aujourd'hui, c'est très dur de le faire sans s'exposer à une intifada des Internets. Donc on reprend les choses où nous les avions laissé et nous autorisons un traitement tiède de cinq clips pourtant très, très chauds.

Big Sean – Jump Out The Window

Nous n’avons pas changé d’avis depuis la sortie de notre chronique de I Decided : "Jump Out The Window" est clairement l’un des moments forts du dernier Big Sean. Pour clipper cette ballade faussement sereine où le MC se dit prêt à sauver sa belle des mains abusives qui l’étreignent, le rappeur de Detroit a de nouveau fait appel à Lawrence Lamont, qui a déjà mis en image certains de ses duos avec Jhene Aiko. Dans un hommage à la SNES et aux jeux 16 bits qui colle parfaitement avec l’image d’éternel adolescent du Sean Don, le clip rend palpable le passage de la parole aux actes.

G Perico – How You Feel

Notre nouvel amateur de permanentes préféré continue de marcher dans les traces des illustres G’s californiens. Après quelques années à sillonner les pavés avec ses raps tranchants, la côte de G Perico ne cesse de grimper en flèche, en témoigne le succès d’estime de son dernier opus All Blue. Pas avare en visuels, l’artiste a de nouveau fait appel à Patroni Films pour clipper "How You Feel". Une galerie d’art, le perron d’une maison et la banquette arrière d’une voiture de flics véreux : rien que de très ordinaire pour G Perico et ses soces.

Future - Mask Off

Une dizaine de semaines après la sortie d'un des sons de l'année, le visuel est enfin libéré. Fort d'un hit viral qui a dû surprendre jusqu'à l'artiste lui-même (mais pas Metro Boomin), l'équipe de Future avait une pression certaine sur les épaules : il fallait un clip à la hauteur du buzz. Les visus conceptuels (que nécessitent désormais ce genre de hit) n'étant pas forcément le fort des trappers d'Atlanta, on a même pu douter du fait que "Mask Off" serait un jour clippé. Alors qu'en fait, il s'agissait simplement d'attendre l'heure du coup de mou dans les charts. Au programme, un Future défoncé au volant de sa Bentley, en compagnie d'une jeune monstresse (Amber Rose), traversant presque impassible une ville post-apocalyptique. Un décor que le réalisateur Colin Tilley veut présenter comme une vision surréaliste du futur de l'Amérique de Trump. Passant dans cet enfer urbain qu'il côtoie sans plus en faire partie, mais dont il se rappelle dans le morceau, Future alterne entre son rôle d'observateur distancé plongé dans ses vices et celui d'homme qui fait danser la foule. Une jolie métaphore du rapport complexe de Future à la rue, qui vaut plus qu'un simple coup d’œil.

YG ft. DJ Mustard - Pop It, Shake It

Flûte alors, cette année encore vous vous êtes réveillés trop tard pour chopper vos places à Coachella ? C’est pas bien grave, YG et son sbire de toujours DJ Mustard ont pensé à vous avec le clip de "Pop It, Shake It" : immersion à Trinidad dans une ambiance franchement bien plus folle que tous ces festivals surcotés. Cette ribambelle de fessiers en convulsion, c’est d’ailleurs peut-être un chouilla trop bressom, d’autant plus que s’en mêlent plumes exotiques, body-painting et délire SM, mais bon, c’est ça le rêve américain – même loin de ses frontières. Et puis avec un titre pareil, ce serait mentir que de dire qu’on s’attendait à un monologue face-caméra-sur-fond-crème du bonhomme le plus impétueux de la côte Ouest.

Siboy - Au revoir merci

Combat de cagoulés cette semaine. Entre "Enterrez-le" de Kalash Criminel et "Au revoir merci" de Siboy, il était difficile de choisir. Mais l'extrême originalité du clip du rappeur de Mulhouse, réalisé par M + F, a fini par triompher dans nos coeurs. Quelques mois après la sortie de ses morceaux "Eliminé" et "Mula" (avec Booba) , Siboy revient donc avec un nouveau titre dynamique et entêtant, à son habitude. Le visuel nous le présente dans ce qu'on imagine être Brazzavile, d'où il est originaire, en train de se délester peu à peu de l'or qui l'encombre pour retrouver sa vraie nature, en pleine forêt, machette à la main. À ne pas regarder si vous n'êtes pas capable de contrôler vos pulsions.

Summary
Be Kind Rewind : les cinq clips qu'il ne fallait pas rater cette semaine
Article Name
Be Kind Rewind : les cinq clips qu'il ne fallait pas rater cette semaine
Description
Après vos oreilles, ce sont vos yeux que l'on couvre de miel avec une sélection immanquable des clips et vidéos qui ont marqué la semaine passée.
Author
Publisher Name
SURL
Publisher Logo

Article recommandés

Be Kind Rewind : les clips qu'il ne fallait pas rater cette semaine
Be Kind Rewind. Le principe est simple : quand de nombreux artistes se passent le mot pour sortir, la même semaine, des clips de haut niveau, on se donne le droit de…
Be Kind Rewind : les clips qu'il ne fallait pas rater cette semaine
Be Kind Rewind. Le principe est simple : quand de nombreux artistes se passent le mot pour sortir, la même semaine, des clips de haut niveau, on se donne le droit de…

les plus populaires