2pac, Biggie, Nas, Snoop : Chi Modu les a tous photographiés

jeudi 1 janvier 2015, par Antoine Laurent.

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de Chi Modu. Il a 47 ans. 47 années d’existence, une trentaine passées à photographier Tupac, Notorious B.I.G., Snoop Dogg, Diddy et tous les artistes qui ont construit ensemble ce que l’on considère aujourd’hui comme la culture hip-hop. Nous vous parlions de Jonathan Mannion il y a peu et le définissions comme le photographe emblématique de cette culture ; il l’est sans aucun doute, aux côtés de Carl Posey, de Josh Cheuse, mais surtout de Chi Modu. Lui comptabilise 33 couvertures de The Source, premier magazine spécialisé des Etats-Unis, et en était le directeur de la photographie.

Après que Gasface ait réalisé un épisode de leur mini-série Think B.I.G sur sa personne, nous avons eu envie de le contacter. Nous avons discuté, échangé, et à l’occasion de son anniversaire il revient avec nous sur le travail d’un photographe hip hop dans les années 90, the defining years of hip hop comme il les appelle. Oh, et il nous a également concocté une sélection des clichés les plus marquants de ces années-là. Attention, ça envoie.

chi-modu

SURL : Quand le hip hop a véritablement émergé dans la société comme une culture à part entière, tu étais là pour le documenter. Comment tu l’as vécu en tant que photographe ?

Chi Modu : Je vais être direct : c’était vachement fun. J’ai toujours senti que c’était une grosse responsabilité que de capturer les images du mouvement hip hop dans leur forme la plus pure possible, pour que les artistes soient immortalisés à jamais. Là, au moment où je te parle, je me rappelle par exemple devoir sortir Biggie du lit pour lui demander s’il était prêt pour le shooting que nous avions prévu. Je revois Snoop repasser ses jeans dans un appartement trois pièces de Venice Beach, histoire de se préparer pour le shooting de son premier album, Doggystyle. Je repense à Diddy, « Puffy » comme on l’appelait à l’époque, qui avait rendez-vous avec son partenaire D.O. pour des essayages en vue d’une couverture de The Source. Dans le temps, tout n’était pas autour des Rolls Royce et du fin spiritueux, Puffy avait une Golf semi-décapotable avec des petits trous dans le toit. Je te parle de ces histoires pour te faire un portrait de ce que c’était d’être photographe dans ces années-là, ces années où le hip hop était en train de se définir. Le début des années 90 en hip hop est vraiment une période à part, à l’écart de ce qu’il y avait avant et de ce que l’on écoute depuis. C’est propre à toutes les formes d’art musical : le rock avait Hendrix, Joplin, Morrison, les Beatles ; le jazz avait Miles, Coltrane, Monk ; le hip hop avait Tupac, Biggie, Nas, Snoop et les autres qui se sont démarqués pendant cette époque pour en faire une culture à part. J’avais la chance de pouvoir être là pour le documenter à une époque tournant entre le début de cette culture, quand elle n’était que pour la propagation d’un message via l’amour de la musique, et ce qu’elle allait devenir avec la montée du consumérisme. C’était vraiment une période unique à couvrir, d’autant plus que des mecs que je t’ai cité sont toujours actifs et restent les piliers de cette culture aujourd’hui, 20 ans après leurs débuts.

 

 « Dans le temps, tout n’était pas autour des Rolls Royce et du fin spiritueux, Puffy avait une Golf semi-décapotable avec des petits trous dans le toit »

 

33 couvertures de The Source. Est-ce que c’est quelque chose par laquelle tu t’identifies ?

Je ne sais pas si cela montre autre chose que le fait que quand je décide de faire quelque chose, I go all in. La beauté du travail d’une couverture de magazine réside dans l’idée que c’est éditorial, c’est à dire qu’elle émane d’une vision, de concepts pensés par une équipe de créateurs. Ces concepts là doivent être évidents dans le résultat final. Tu n’as pas toujours la même synergie quand tu réalises un travail purement commercial, c’est moins créatif. Tu fais plus d’argent en faisant du travail commercial, à court terme, mais des images plus « éditoriales » que j’ai faites sont utilisées partout dans le monde et me rapportent de l’argent chaque mois depuis 20 ans. J’ai fait aussi pas mal de cover d’albums. Le truc vraiment cool avec les jaquettes, c’est qu’une fois que l’album est sorti, l’image y reste attachée pour toujours. Je suis encore capable de dire aujourd’hui aux gens qui ont le premier album de Snoop Dogg de l’ouvrir, de lire les crédits et d’y trouver mon nom. Mon nom suit Snoop Dogg à travers sa carrière, et ça c’est plutôt cool.

 

« Tupac et Biggie étaient deux des artistes avec qui j’étais ami »

 

Quel genre de relation avais-tu avec eux ? Etait-ce principalement professionnel ou bien certains d’entre eux te considèrent comme un ami aujourd’hui ?

Mes relations avec mes sujets sont toujours centrées autour d’une forme mutuelle de respect. La plupart des artistes que j’ai photographiés étaient au sommet de leur art. Je me devais également d’être au top pour saisir leur envergure à travers une photo. Ca pose les bases de nos relations parce qu’aucun des deux partis ne regardent l’autre de haut. Quand on travaille sur des images, c’est un partenariat qui requiert une vraie confiance, et nos récompenses communes sont les clichés finaux. Le processus peut être très rapide, en une après-midi, dans un studio, ou ça pourrait s’étaler sur plusieurs jours et s’exporter sur divers endroits. Il faut arriver à créer un lien entre le photographe et l’artiste. Donc oui, j’ai ce que j’aime considérer comme une relation amicale de travail avec mes sujets à l’exception de certains d’entre eux que je vois vraiment comme des amis. Tupac et Biggie étaient, par exemple, deux des artistes avec qui j’étais ami.

Qu’est-ce que tu as le plus apprécié au final dans ton travail ? Les rappeurs étaient-ils vraiment de telles sources d’inspiration ?

Le hip hop est un mouvement. Apporter des photographie dans un style photojournalistique à ce mouvement était un concept novateur, à l’époque, et on a pris cette responsabilité très au sérieux. D’être au milieu de ce phénomène, à un moment aussi important de son développement, et d’être capable de capturer les images de cette ère était un gigantesque honneur. Plusieurs artistes laissent leur héritage dans la musique qu’ils laissent derrière eux. Mes images de Tupac, pour beaucoup de personnes autour du monde, représentent la manière dont les gens se souviennent de lui. Tous les clichés d’un photographe ne sont pas iconiques, mais j’ai eu la chance de capturer un nombre important d’images des plus grands artistes hip hop qu’il soit.

Aujourd’hui, tu es plus que « le photographe aux 33 couvertures de The Source ». Tu voyages beaucoup et documente tes voyages, es-tu moins intéressé l’idée de photographier les acteurs du mouvement hip hop d’aujourd’hui ? C’est une question de personnalité, de décalage ?

J’ai toujours été un photographe documentariste. Je m’efforce de raconter des histoires visuellement avec mon appareil photo. C’est toujours avec cette approche que je travaille, que je sois dans les rues du Yemen ou le long d’une rivière au Cambodge. Quand je photographiais dans le hip hop, je voulais aussi être un documentariste. J’ai vu une importante révolution musicale émergée de la rue et je voulais être là pour l’accompagner d’images. Ce qui était vraiment génial au début des années 90, c’est que les gens qui bossaient autour de l’industrie de la musique étaient également fans de cette musique là. D’être dans ce milieu là et de le vivre de l’intérieur nous donnait l’énergie nécessaire, c’était notre carburant. Il n’y avait quasiment pas d’argent à cette époque. La passion seule suffisait à alimenter notre engagement et à nous faire faire du super boulot. Comme exemple, je peux te parler de cette histoire qui date de 93. Je devais faire des photos de Tupac pour sa première couverture de The Source. Je m’envole pour Atlanata avec mon directeur artistique, Chris Callaway. On amène près de sept valises d’appareils photos et d’équipements, avec des lumières et tout. Le jour d’après, Tupac arrive dans la salle de conférence de l’hôtel que nous avions réservé pour le shoot. Sans que je sache pourquoi, aucune de mes lumières ne marchaient. Tout le monde était en place, mais mon équipement m’avait lâché. Je savais que je devais dire à Tupac de revenir le lendemain et de me faire envoyer de nouvelles lumières dans la nuit, depuis New York. Je lui annonce la nouvelle, il sourit et me dit « No problem Chi, I’ll see you tomorrow ». Le lendemain, il arrive en avance. Après la session, il a invité toute mon équipe chez lui pour traîner. C’était ce genre d’homme, Tupac. Toujours un professionnel. Je ne suis pas sûr de pouvoir revivre ce genre de moment aujourd’hui. Certaines de mes plus belles images sont issues de ce genre de photo shoot tranquilles, simples.

Je travaille actuellement sur un projet : mettre une espèce de large installation type billboard autour de New York. Le projet s’appellera « Uncategorized ». Plusieurs photos de cette époque feront parties de cette exposition, ça risque d’être assez sympa.

 

Snoop Dogg

Snoop Doggy Dogg

« Cette photo a été prise avant la sortie du premier album de Snoop Dogg, Doggystyle. Je le shootais à Los Angeles pour la couverture d’un magazine et le courant est passé. Quand on a fini la session, il m’a juste dit que je serai le photographe de son premier album. Il a tenu sa promesse, and the rest is history. »

Snoop Doggy Dogg

« Snoop Dogg, aux alentours de South Central, à Los Angeles, vers 1993. »

Notorious BIG

Notorious BIG

« Une photo de 1996, prise à New York. C’est rare d’avoir un portrait de Biggie sans lunettes de soleil, et là il regarde directement l’objectif. »

Biggie World Trade

« J’ai pris cette photo de Biggie dans le côté New Jersey de Manhattan et non de Brooklyn, comme beaucoup le pensaient. Je voulais le représenter comme le king de New York en le mettant devant les deux immeubles qui représentaient NYC autant que lui. C’est dingue de penser que peu de temps après, ces deux symboles disparaîtraient.  »

Notorious BIG in Bedford Stuyvesant

« Notorious BIG, jeune, devant son quartier de Bedford Stuyvesant, à Brooklyn. Avant les caisses, la popularité et les femmes, there was the block. »

Nas

050_nas_sp_rt

« Nas avait 18 ans à l’époque. J’ai pris cette photo juste en dehors du Queensbridge projects, à New York. On venait de quitter une session d’enregistrement de la track « Half Time » pour la bande originale du film « Zebrahead ». Il n’avait pas encore sorti « Illmatic » mais les gens savaient déjà qu’il allait devenir quelqu’un sur qui l’on devrait compter. »

Gangstarr

Gang Starr

« Guru et DJ Premier de Gangstarr, dans le métro new-yorkais. Ils sont venus dans les bureaux de The Source et je leur ai proposé d’aller dans le métro prendre quelques photos. Ils étaient d’accord et après quelques arrêts on a eu l’image qu’on voulait. C’est devenu la couverture du magazine. »

Tupac 

Tupac Shakur

« Une de mes préférées de Tupac. C’est assez rare de voir des photos de Tupac en train de sourire, même s’il avait toujours le sourire aux lèvres. Je l’ai prise à Los Angeles neuf mois avant qu’il soit assassiné. »

cm.tupac.back

« Tupac venait de se faire tatouer la croix que tu peux voir sur son dos au moment où j’ai pris la photo. Il m’a autorisé à prendre une photo mais m’a demandé de la garder pour moi et de ne pas la publier dans le magazine. J’ai tenu ma promesse et ne l’ai jamais utilisée de son vivant. »

tupacsmokin02

« J’ai pris ce cliché lors du même photoshoot que la photo précédente, à Atlanta. C’est assurément l’une de mes photos de lui les plus populaires, mais c’est en réalité un outtake. Elle n’était pas prévue, c’était un moment spontané que j’ai réussi à saisir entre deux prises, donc ça me fait rire quand je pense que c’est une de mes photos que le public préfère. »

Method Man

Methodmansmoking

« Quand Method Man m’a demandé de réaliser la couverture de son premier album « Tical », j’étais vachement heureux. C’était un honneur pour moi, d’une parce que j’étais un grand fan du Wu-Tang et aussi parce que je le considérais comme un ami. Beaucoup de gens aiment ce cliché, je suis assez content d’avoir pu le prendre. »

Antoine Laurent
Coach-joueur depuis le jour un. Bougnat véritable. Paris.
voir ses articles

Article recommandés

20 classiques qui ont fêté leurs 20 ans en 2016
Outkast, Atliens Après avoir définitivement placé Atlanta sur la rap map avec Southernplayalisticadillacmusik, Big Boi et Andre 3000, 21 ans, vont créer cet immense classique : ATLiens. Co-produit par les géniaux…
‘Hip Hop Raised Me’ déterre des photos de légende
Les gardiens du temple et les autres, tous ceux que le hip-hop a élevé de près ou de loin, ont désormais une nouvelle bible photo : « Hip Hop Raised Me »,…

les plus populaires