Ce que le hip-hop doit à David Bowie

lundi 11 janvier 2016, par Jihane Mriouah.

À la base, cet article ne devait pas être un hommage. Quand notre journaliste entame sa réflexion sur l’influence de David Bowie sur le mouvement hip-hop, l’artiste est encore physiquement parmi nous, vivants. Au moment de mettre le point final à ce texte, ce n’est plus le cas. Triste concours de circonstance. Non, ce papier n’est pas une nécrologie ; il est une discussion ouverte sur l’importance directe et indirecte d’un homme sur d’autres hommes, sur l’impact d’un génie bien au-delà des supposées limites de sa portée culturelle.

David Bowie, en génie créatif qu’il est, a décidé de fêter son 69e anniversaire avec un nouvel album : Blackstar. Un disque qui se fait posthume aujourd’hui. Le monde de la musique pleure une homme qui a bousculé les codes de son art. Comment la carrière de David Bowie a influencé le rap ? David Bowie a-t-il influencé Public Enemy ? David Bowie a-t-il ouvert la voie à des artistes tels que Kanye West ? On se penche sur ce que le musicien aux yeux vairons a apporté au hip-hop.

Et vice-versa : Blackstar, le 27e album de David Bowie, a été influencé par l’album de Kendrick Lamar To Pimp A Butterfly. Son producteur Tony Visconti (complice de Bowie depuis 40 ans) explique à Rolling Stone en novembre que l’album a pris naissance, suite à de premiers enregistrements, sous l’influence de l’oeuvre de Kendrick : « On écoutait beaucoup de Kendrick Lamar. On a fini avec quelque chose qui n’a rien à voir, mais ce qu’on aimait c’est le fait que Kendrick soit aussi ouvert d’esprit et n’ait pas enregistré un disque purement hip-hop. Il a envoyé de tout dedans, et c’est exactement ce que nous souhaitions faire. Le but, de nombreuses manières, c’était d’éviter le rock & roll. »

Un album de David Bowie, c’est toujours un évènement dans le monde de la musique. Déclarer publiquement que c’est un artiste hip-hop qui a influencé le concept de Blackstar, c’est une première pour un artiste de l’envergure de Bowie.
Effet Boomerang ? Juste retour des choses ? Bien que la trace dans le rap de ce grand artiste, qui a su transgresser tous les codes, ne saute pas aux yeux, l’influence de David Bowie sur le mouvement n’est pas à négliger. David Bowie : une inépuisable source d’inspiration pour le hip-hop ?

Samplé sans vergogne

La musique de David Bowie a fourni une multitude de samples aux morceaux de rap. De « Under Pressure » qu’il a enregistré avec Queen, utilisé par Vanilla Ice pour son tube populaire, en passant par « Let’s Dance » récupéré par Puff Daddy et Notorious BIG pour leurs morceaux « Been Around The World », jusqu’à « The Take Over » de Jay Z utilisant un sample de « Fame« , morceau de Bowie de 1975, ou J Dilla se servant des percussions de « Soul Love » pour « Take Notice » issu de son légendaire Ruff Draft : l’influence du musicien britannique sur le rap est partout. Il n’y a qu’à regarder cette liste reddit pour en juger ; Bowie transcende les clivages. Différentes générations de beatmakers/rappeurs, différentes écoles : la musique du rouquin inspire l’ensemble du mouvement. Il est clairement cité par les rappeurs comme l’un des musiciens les plus influents de son temps. En 2000, le sondage « Under Influence » conduit par la revue « New Musical Express » auprès de créateurs divers fait de David Bowie l’artiste le plus influent. Parmi les rappeurs interrogés : Eminem ou… Public Enemy.

Macklemore fait également partie de ces MC qui ont toujours cité l’artiste britannique parmi leurs références. À ses débuts, le emcee de Seattle s’est même fait appelé Raven Bowie. Pas étonnant alors que le clip pour son morceau « And We Danced » reprenne les éléments visuels du film Labyrinthe – le titre du track n’est d’ailleurs pas sans rappeler « Let’s Dance » de Bowie. Dans ce film fantastique de 1986, dirigé par le réalisateur de Dark Crystal et créateur des muppets Jim Henson, Bowie interprète un roi goblin. Macklemore fait visiblement partie de la génération de gosses marquée par le long-métrage.

Kanye West, Ziggy Stardust du hip-hop

L’album The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From Mars sorti par David Bowie en 1972 – classé dans la liste des meilleurs albums de tous les temps par différents magazines – est un conte musical. Un album au concept farfelu autant qu’habile qui a donné à l’artiste une excuse pour parler de bisexualité et utilisation de drogues au travers de l’histoire d’une rock star et de sa chute. Il ne reste que cinq ans d’existence à la planète Terre et Ziggy Stardust, venu d’une autre planète, se présente aux humains avec un message pour les guider dans la fin des temps. Si tout le monde s’accorde à dire que les années 70 sont une mine d’or pour la musique, il faut rappeler qu’incarner un alien bisexuel et addict, dans la Grande Bretagne qui amènera Margaret Thatcher au pouvoir quelques années plus tard, ce n’était quand même pas rien.

Une provocation, une rébellion qu’on retrouve dans le mouvement hip-hop depuis ses premiers balbutiements. The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From Mars n’est ainsi pas un déclencheur pour les envies contestataires des rappeurs, loin de là, mais il fait clairement office de pont entre deux cultures qui se trouvent des points communs, comme c’est le cas avec de nombreux autres albums de légende.

Très tôt, David Bowie a reconnu l’ampleur du mouvement hip hop. Dans un entretien enregistré en 1993, lorsqu’il est interrogé sur une déclaration précédente dans laquelle il avançait que « les seules personnes dans l’industrie de la musique qui sont réellement créatifs sont les rappeurs »; David Bowie ajoute « La qualité et la portée du message social s’est vraiment déplacé vers les marchés noirs et hispaniques. Et c’est de là que vient la nouvelle force de la musique. Avec la musique noire, il y un argument social très fort. »
Parfois, l’influence du chanteur est encore plus directe : en 2007, Saul Williams appelle son 3e album The Inevitable Rise and Liberation of NiggyTardust!. Moins directement mais de manière peut-être plus évidente encore, c’est dans l’inconscient d’un artiste comme Kanye West que l’image de Ziggy Stardust s’inscrit le plus profondément.

Kendrick Lamar, Skepta, El-P et les autres

On ne tombera pas dans la facilité des théories foireuses qui circulent sur Internet qui clament que l’album prophétise la naissance de Kanye West. Moins racoleurs, les parallèles entre les carrières de Yeezy et Bowie sont pourtant nombreux.
Ziggy Stardust, au delà de la production de l’album, est une figure. Attitude, maquillage, code vestimentaire : David Bowie construit avec ce disque un personnage de composition et l’univers dont il est issu. L’artiste crée autour de sa musique un imaginaire plus grand, touchant ainsi à des domaines aussi variés que le mime, la danse ou la mode. Difficile de ne pas voir comment cette approche innovante de la musique a inspiré à des artistes plus jeunes en leur insufflant la volonté de créer des empires dans le monde du divertissement. Si un tel travail a pu avoir un impact direct et presque évident sur des artistes aussi variés que Queen, Sia ou Balavoine (Starmania) ; Kanye West, en David Bowie de notre génération, en a aussi appris les leçons et appliqués les principes. Kanye, personnage mégalomane, s’est lancé dans la mode et crée des concerts qui sont des mises en scène dépassant le cadre de sa musique. Par ailleurs, si Kanye West nous a convaincu de quelque chose, à l’instar de David Bowie, c’est sa capacité à se renouveler, à surprendre avec des directions inattendues, parfois incomprises par son public.

Le Kanye West qui sort Yeezus comme un pavé dans la marre d’un hip-hop consensuel n’est-il pas un Ziggy Stardust des années 2000 ? Et si Kanye West tenait sa liberté de créer au delà des carcans, à la voie pavée par David Bowie ? Pas étonnant, dès lors, de voir le fondateur de G.O.O.D Music rendre aujourd’hui hommage à la défunte légende. Mais il est loin d’être le seul : Kendrick Lamar, Common, Fat Joe, El-P, The Weeknd, Pharrell, Skepta, G-Eazy, Erykah Badu, Lupe Fiasco, Questlove, Talib Kweli, Swizz Beatz, ASAP Ferg, Rockie Fresh, Q-Tip, Big Boi et Machine Gun Kelly, entre autres, se sont exprimés aujourd’hui sur la mort de la légende Bowie. Effet bandwagon ? Non, évidente marque de respect d’une génération marquée par la dimension d’un homme hors du temps.

Jihane Mriouah
Manipule tracks et bactéries au quotidien. Dans son labo, devant un clavier ou dans une salle de concert. Edmonton.
voir ses articles

Article recommandés

NBA 2K14 Soundtrack By Lebron James
Les titres de champion et de MVP obtenus cette saison par Lebron James ne lui donnent pas seulement le privilège de rentrer gratos en boite de nuit pour serrer des…
Teaser // Jay Z – Magna Carta Holy Grail
On savait qu’Hova nous cachait quelque chose après la publication de cette photo mystérieuse, avec un beau téléphone Galaxy de Samsung mis en avant. Cette nuit, le mec qui a…

les plus populaires