Qui est Joe Fox, le nouveau meilleur pote d’A$AP Rocky ?

vendredi 22 mai 2015, par Antoine Laurent. Photos : Phil Knott for i-D.

Vous savez qui est Joe Fox ? Nous non plus. Ce qu’on sait, par contre, c’est que son nom figure sur cinq des 18 morceaux de la tracklist d’A.L.L.A. (At.Long.Last.A$AP), le nouvel album d’A$AP Rocky prévu pour le 2 juin prochain. On a essayé d’éclairer un peu le mystère qui entoure le garçon.

Imaginez que vous êtes un jeune artiste bourré de talent, mais sans réseau, sans argent et à la rue. La seule ressource à votre disposition, c’est votre mixtape gravée sur un CD que vous avez enregistré à l’arrache il y a quelques semaines. Pour survivre et trouver un logement, vous sillonnez les rues de Londres en vendant votre galette aux passants qui croisent votre chemin. Et puis un jour c’est l’illumination. Il est quatre heure du mat et vous rencontrez ce type : bien sappé, blunt en main, avec un accent américain imparable. Vous lui proposez votre projet. Il vous demande d’abord de faire une chanson en direct dans la street. Vous vous exécutez. Au lieu de vous remercier en vous achetant votre mixtape, le skinny nigga qui n’est autre qu’A$AP Rocky vous propose alors de monter dans sa voiture pour aller en studio enregistrer un son. Quelques mois plus tard, vous vous retrouvez en featuring sur cinq chansons d’A.L.L.A., le second album de Rocky prévu pour juin. Jackpot, votre vie vient de prendre un tournant inespéré.

2-4-6-8-we-appreciate-joe-fox-body-image-1430297702

Cette histoire digne des plus belles success story, c’est celle de Joe Fox. Ce musicien born and raised à Londres – qui ne connaissait pas A$AP avant de le recontrer – a vu son destin basculer depuis quelques mois. Celui qui galérait pour trouver un logement crèche maintenant chez Rocky, à la cool. Habitué à trainer dans les rues underground de Londres, il passe désormais son temps libre à suivre les déplacements du Pretty Flacko. Du tournage du clip de « L$D » au Japon au studio de Danger Mouse à Los Angeles en passant par la villa de Juicy J, Joe Fox est le nouveau meilleur pote d’A$AP Rocky – le vide laissé par Yams n’est pas facile à combler. À tel point qu’on le retrouve sur cinq morceaux du prochain album du rappeur d’Harlem, selon la tracklist qu’on nous a communiqué dans la journée.

Coup de bluff ou énorme prise de risque ? C’est la grande question que tout le monde se pose. Une chose est sure, c’est que Rocky est conscient qu’il doit élever son niveau. Son plus grand rival générationnel, Kendrick Lamar, a pris une belle marge d’avance. Good Kid M.a.a.d. City est un classique, à des années lumières de Long.Live.A$AP qui n’est qu’un bon album. Et que dire de To Pimp a Butterfly, oeuvre majeure dans l’histoire de la musique et égide de la cause afro-américaine aux Etats-Unis ? N’en demandons pas tant à Rocky. Si le style d’A$AP semble plus taillé pour la radio que son concurrent Californien, ce dernier reste lucide. Il doit passer un palier pour s’inscrire au panthéon des grands rappeurs de son ère.

1

Une étape qui impose la sortie d’un masterpiece, comme c’était le cas avec la mixtape Love.Live.A$AP qui dévoilait au monde l’existence de ce surdoué de New York qui allait faire chavirer les cœurs et hocher les crânes. Mais des raisons d’être optimiste, il y en a : que ce soit sur « Multiply », « Lord Pretty Flacko Jodye 2 » ou « L$D », ses dernières sorties, le bonhomme est tranchant comme jamais. On y retrouve l’atmosphère de ses collaborations avec SpaceGhostPurrp, ces tracks planantes de purple rap qui ont fait sa renommée. Mais pas que, justement. Avec un morceau comme « Everyday », Rakim (son prénom) montre aussi qu’il sait se diversifier, mais sans se vulgariser en se faisant piquer la vedette par les featurings invités. Non, le morceau reste un morceau d’A$AP Rocky et ça s’entend dès la premières notes. Et c’était justement ce qu’on reprochait, principalement, à son dernier album où il s’était parfois perdu dans ses expérimentations en devenant spectateur de ses propres titres.

Que vient faire Joe Fox dans ce débat ? Si Rocky l’a recruté et couvé ces derniers mois, c’est certainement car Fox peut apporter quelque chose à son album. Après une seule et unique écoute à 4h du matin dans les rues de Soho, flacko l’a amené en studio avec lui et ne l’a plus lâché. Le premier morceau qu’ils ont enregistré ensemble, « Max B », a terminé sur l’album. « C’est à propos de la situation dans la quelle [Max B] est en ce moment. Je ne peux trop en dire si ce n’est que le morceau est incroyable et que Rocky m’a demandé d’écrire un refrain. Je l’ai fait. Il m’a raconté l’histoire de Max B et je l’ai juste fait« , a-t-il expliqué dans son interview à i-D. Et quand on lui demande de décrire A.L.L.A. en trois mots, l’ami Joe ne bronche pas : « Psychédélique, avant-gardiste. Un chef-d’oeuvre. »

Apportera-t-il cette dimension supplémentaire qui manque aujourd’hui à A$AP ? C’est ce qu’on espère en tout cas. L’Anglais déborde d’audace. Il racontait il y a quelques semaines en interview : « Je ne suis pas rock, je ne suis pas pop, je suis différent. J’essaie de faire le meilleur album de 2016. Dans tous les cas je ferai en sorte que mon premier album soit l’un des meilleurs disques de la décennie. » Kanye West n’aurait pas fait mieux.

 

Auteur : Sylvain Caillé
Éditeur : Antoine Laurent
Source : i-D, Pigeons and Planes

Antoine Laurent
Coach-joueur depuis le jour un. Bougnat véritable. Paris.
voir ses articles

Article recommandés

les plus populaires